© conçu par Laurent Naze (NazeGrames) .2016
© conçu par Laurent Naze (NazeGames) .2016
Il a fait ses études d’arts plastiques à Paris. Il y fréquente les milieux artistiques et s’initie au théâtre lors de son passage au théâtre de la Colline (Paris. Direction J. M. Déprats / G. Dallez). De   retour   dans   l’île,   il   rejoint   le   groupe   «   Èk   Zot   »,   et   participe   en   tant   que dessinateur     à     sa     fiévreuse     interrogation     du     mouvement     culturel réunionnais. Auteur   dramatique,   comédien   et   metteur   en   scène,   il   vit   et   travaille   à   la Réunion.   Engagé   dans   une   exploration   passionnée   des   sociétés   créoles   à travers    le    monde,    il    continue    d’écrire    pour    le    théâtre.    Il    enseigne aujourd’hui    à    l’École    Supérieure    d’Art    de    la    Réunion    dont    il    assure actuellement la direction. Après    sa    trilogie,    Garson ,    Carousel    (Éditions    du    Théâtre    Vollard), Émeutes ,   (Éditions   Grand   Océan),   première   oeuvre   à   témoigner   des   « Évènements du Chaudron », écrite pour le Théâtre Vollard, il se tourne vers le roman. Notes    des    derniers    jours ,    son    premier    roman,    a    obtenu    le    Prix    de l'Océan Indien et le Prix du Livre Insulaire (Éditions Orphie, 2003). Ses dernières parutions sont : Double   salto   arrière ,   Novela ,   deux   nouvelles,   (revue   Kanyar   N°   1   &   2, 2013) Le Vaste Monde , roman, est paru en mars 2014 aux Éditions Orphie.
Pierre Louis Riviere Auteur
Extrait
Peu   à   peu   la   clarté   fléchissait   sous   les   vieux   filaos,   dressés   sur   le   couchant, au   devant   desmaisons   ouvertes   sur   la   mer,   et   nous   poursuivions   nos   jeux dans   le   demi   jour   tamisé   qui   gommait   lentement   le   contour   des   arbres,   des maisons,     des     enfants     assis     sur     les     perrons.     La     pénombre     effaçait imperceptiblement   les   détails,   muait   toutes   choses   en   un   assemblage   de taches   sombres   et   claires,   immobiles   ou   mouvantes,   comme   si   nos   yeux   les découvraient   à   présent   derrière   la   surface   ondoyante   d'une   eau   sombre.   Il advenait   un   léger   frottement   du   temps   qui   éternisait   cette   heure,   à   l'attente de   la   nuit,   où   les   voix   voletaient   dans   l'air   irréel   comme   des   éclats   légers   de sons   déliés   de   toute   attache   précise,   mots,   appels,   rires   ou   pleurs   d'enfant, brusque regroupement de paroles au ton   incertain   au   moment   même   où   un   mouvement   désordonné   se   dessinait vers   cette   maison   toute   proche   que   les   voisins   regagnaient,   revenant   du pique   nique   au   bord   du   Gouffre   et   une   nouvelle   que   nous   n'entendions   pas avait   déjà   parcourue   la   plage,   où,   sans   comprendre   le   visage   dévasté   du père,    je    cherchais    la    petite    fille    au    milieu    des    allées    et    venues,    ma camarade,   et   je   ne   la   trouvais   nulle   part   ni   dehors   ni   dans   la   maison   chacun   s'efforçait   d'accompagner   les   larmes   de   la   mère,   je   la   cherchais,   je l'appelais,   je   me   taisais   pétrifié   par   les   regards   sévères,   incompréhensibles de    mes    tantes    accourues,    qui    déjà    me    soulevaient    dans    leurs    bras, m'emportaient   vers   notre   maison,   m'éloignaient   instinctivement,   mais   trop tard, du danger mortel de la mémoire. … Notes des derniers jours , Éditions Orphie, 2003