© conçu par Laurent Naze (NazeGrames) .2016
© conçu par Laurent Naze (NazeGames) .2016
Née   dans   le   Finistère,   elle   grandit   entre   le   Cameroun,   le   Congo et la Nouvelle-Calédonie. Diplômée   de   l'Institut   des   Relations   Internationales   de   Paris   et de    l'École    française    d'Attachés    de    Presse,    elle    cesse    son activité   professionnelle   pour   se   consacrer   à   l’adoption   de   ses trois enfants, au Viêt Nam et à Madagascar. Installée   depuis   1999   à   La   Réunion,   elle   concrétise   sa   passion pour    l’Histoire    et    l’écriture,    grâce    au    soutien    de    Daniel Vaxelaire, en publiant ses premiers livres aux éditions Azalées. Ses   œuvres   tendent   à   mettre   en   valeur   ses   racines   biologiques en   communion   avec   ses   racines   réunionnaises   et   malgaches choisies   et   adoptées.   Elles   ont   pour   but   déclaré   de   sauver   un pan   oublié   du   patrimoine   de   l’Océan   Indien   et   de   réhabiliter des   mémoires   injustement   effacées   :   celle   de   la   léproserie   de Saint-Bernard   dans   Clément   Raimbault,   l'Enfant   gâté   du   Bon Dieu    (Éd. Azalées,   2004),   du   pénitencier   pour   enfants   de   l'ïlet   à Guillaume   dans   Graine   de   Bagnard   (Éd.   Azalées,   2006),   de l'établissement   pour   jeunes   Malgaches   de   la   Ressource   dans Riana    (Éd.   Azalées,   2008)   et,   celle   du   cimetière   français   de Mohéli   dans   Pour   l'Empereur   et   pour   ma   Patrie    (tome   1   et tome 2, Éd. Azalées , 2012) . - %C3%A9crit-lhistoire - bagnardinterview-de-pascale-moignoux/
Pascale Moignoux Auteure
Extrait
Feuilletant   rapidement   les   dossiers   des   enfants,   le   juvénile   avoué   s'exclama : -   Mouais...   Le   vagabondage   est   un   délit,   le   vol   est   un   crime   :   peu   d'espoirs de   bénéficier   de   la   clémence   du   juge.   Peut-être   que   pour   toi,   Saint-Ange, j'arriverai   à   obtenir   moins   de   trois   ans   mais,   pour   toi   Amédée,   l'addition risque d'être salée étant donné la récidive. Les   jambes   en   coton,   les   enfants   s'étaient   levés   à   l'appel   de   leur nom.   Michel   n'entendit   rien   des   déclarations   du   juge   comme   de   l'avocat.   Il pensait   à   sa   mère,   au   désespoir   de   sa   mère   qui   apprendrait   que   son   fils, tout comme son mari, était "à la geôle". Il   se   sentait   tellement   jeune,   tellement   petit   face   à   ces   Messieurs sévères    qui    lui    parlaient    brutalement.    Pourquoi    les    enfants    devaient-ils toujours   être   persécutés   par   les   adultes,   pensait-il   ?   Théodore   non   plus n'était   pas   responsable   de   son   destin.   Seule   la   brutalité   sauvage   de   son père    l'avait    détourné    de    ce    que    les    bonnes    gens    nommaient,    le    droit chemin. Un vide énorme se creusait dans sa poitrine. Non   !   C'était   un   cauchemar,   il   allait   se   réveiller.   Il   ne   pouvait   tout   de même pas partir au pénitencier ; pas à douze ans ! C'était trop cruel... Le   marteau   du   juge   était   tombé   sans   même   qu'il   entende   la   teneur des sentences. -    Affaire    suivante    !    clamait    ce    dernier    pendant    que    les    gendarmes poussaient les jeunes condamnés vers la sortie. Graine de bagnard, roman historique, Editions Azalées