© conçu par Laurent Naze (NazeGrames) .2016
© conçu par Laurent Naze (NazeGames) .2016
Bann Zekrivin, Bann zartis / Ecrivains, artistes
13-16 Avriy 2016 le Port
kaz lofis la lang kreol- place des cheminots MEDIATHEQUE - TSA - CINEMA CASINO 
salon du livre des mondes créoles
Kabarliv la Kréolité
Maxime Laope (1922-2005) Chanteur populaire
La Rosée tombée La case mon maman Mi mange cari volaille La case cinois la waya Mi mange le rein sounouck La case mon maman Mi mange cari volaille La case cinois la waya Mi mange le rein sounouck Oh canon la pas tiré Mette ton chapeau Baron Jisqu’à bave savon la pas cumé Oh canon la pas tiré Mette ton chapeau Baron Jisqu’à bave savon la pas cumé La rosée tombée La rosée tombée wayo La rosée tombée waya Tomb’ dessi mon têt’ La rosée tombée La rosée tombée wayo La rosée tombée waya Tomb’ dessi mon têt’ Dan’ caro brèd’ songe Missié blanc Lantaniers Nana l’escargot y ronge Tout’ son band’ ti rosier Dan’ caro brèd’ songe Missié blanc Lantaniers Nana l’escargot y ronge Tout’ son band’ ti rosier Oh son rosoir l’est cassé Donn’ à li cinq francs souplé Pou li fait souder Oh son rosoir l’est cassé Donn’ à li cinq francs souplé Pou li fait souder
Né au Plate à Saint-Leu en 1922, Maxime Laope, a vécu presque toute sa vie à Saint-Denis, des quartiers de Petite-île (pendant son enfance puis son adolescence), à la SIDR de La Source en passant par le Bas-de-la-Rivière, Camp-Ozoux ou Bellepierre. Dès son plus jeune âge, il est passionné par la chanson. Sa voix est remarquée à l'école, au catéchisme et à l'église où il est demandé pour faire partie de plusieurs chorales. On se l'arrache également dans les fêtes familiales de son quartier. À son répertoire, tous les succès des artistes qu'il admire : Tino Rossi, Luis Mariano, Reda Caire, Georges Guétary Sa carrière publique de chanteur commence en 1947. Un copain l'avait inscrit à son insu à un radio-crochet : il se trouvait dans la foule des spectateurs lorsqu'il s'est entendu appeler sur le podium. Alors il y est allé et a obtenu le second prix. À partir de là, les concours de chants et les prix vont se succéder. En 1949, Maxime enregistre son 1er 78T avec deux morceaux de sa composition : Le cœur créole et Mi aime mon patois. En 1952, c'est la rencontre décisive avec Benoîte Boulard qui a également marqué le séga de La Réunion. D'abord concurrents à un radio-crochet, les deux chanteurs décident ensuite de s'associer. C'est ainsi qu'en 1953 ils obtiennent le 1er prix avec ce qui est devenu depuis un standard de la musique réunionnaise, La rosée tombée . Cette association durera jusqu'au décès de la chanteuse en 1985. Avec ou sans Benoîte, Maxime s'est produit sur toutes les scènes de la Réunion. Il a interprété plus d'une centaine de textes (séga, maloya, romances) qui sont majoritairement de lui ou des plus grands auteurs réunionnais tels que Georges Fourcade, Antoine Nativel, Pierre Vidot, Jean Albany… Il a été accompagné par toutes les générations de musiciens de la Réunion : depuis Loulou Pitou, Jules Arlanda, Claude Vinh-San, Narmine Ducap, Le Club Rythmique, les Soul-Men, en passant par Henry-Claude Moutou, Alain Mastane, Ti-Fock, etc. Il a chanté avec pratiquement tous les chanteurs de l'île : des anciens comme Madoré, mais aussi Jacqueline Farreyrol, La Troupe de Bernadette Ladauge, Tropicadéro, Ziskakan, Laurence Beaumarchais… Autres cordes à son arc : membres de plusieurs chorales, dont la chorale grégorienne de l'église Saint-Jacques ; comédien : il a joué à plusieurs reprises dans La passion du Christ avec la Troupe Saint-Jacques ; dans Les gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain, sous la direction de Julienne Salvat, dans Le Barbier de Séville avec la Troupe Vollard ; il a un court-métrage avec RFO. Cette carrière exceptionnelle trouve son couronnement officiel en 1997  lorsque Maxime est fait Chevalier de la Légion d'honneur par le Président de la République. Il a enregistré plus de 80 disques : 78T, 45T, 33T et CD. À son répertoire également un fonds inépuisable d'histoires, de contes et de proverbes qui font partie du patrimoine culturel réunionnais. Autre facette moins connue de cette personnalité : Maxime a été en son temps un fervent sportif, qui a pratiqué le foot, et l'athlétisme dans différentes équipes de la ville. En 1999, est paru aux éditions Grand Océan, un livre intitulé Maxime Laope, un chanteur populaire – Souvenirs, textes et chansons . https://fr.wikipedia.org/wiki/Maxime_Laope http://www.maximelaope.com