© conçu par Laurent Naze (NazeGrames) .2016
© conçu par Laurent Naze (NazeGames) .2016
Elle   enseigne   les   Lettres   classiques   avant   de   se   consacrer   totalement à   l’écriture   de   nouvelles,   de   romans   et   de   poèmes.   Son   parcours professionnel   l’amène   à   travailler   au   Maroc,   en   Afrique   noire,   aux Etats-Unis   et   dans   les   îles   de   l’Océan   indien.   De   nombreux   voyages   la conduisent    en   Australie,    en    Inde,    en    Chine    et    dans    maints    pays européens.    Elle    pose    définitivement    ses    bagages    à    l’île    de    La Réunion.     Toutes     ces     découvertes     géographiques,     liées     à     des expériences humaines précieuses, marquent profondément ses écrits. Elle   anime,   des   années   durant,   de   nombreux   ateliers   d’écriture   et   mis en œuvre de multiples projets culturels. Elle   participe,   en   collaboration   avec   l’écrivain   Frédéric   Célestin,   à   une création   poétique   en   français   et   en   créole   qui   cerne   les   labyrinthes   du portrait   chez   le   peintre   réunionnais   Charly   Lesquelin.   Depuis   trois   ans, elle   travaille   à   transcrire   en   mots   et   métaphores   les   toiles   inspirées   de Charly    Lesquelin    :    un    dialogue    d’artistes,    pour    des    publications    à venir. Elle    fonde    «    La   Tribune    des   Tréteaux    »    et    élabore    des    analyses critiques   en   retour   des   spectacles   de   théâtre   présentés   dans   l’île. Avec    «    La   Tribune    des    Chevalets    »,    elle    tente    d’accompagner    la créativité de jeunes artistes en devenir. Elle    publie    en    2011,    aux    éditions    de    L’Harmattan,    un    recueil    de nouvelles,      Vingt   et   un   points   de   suture   ;   et   en   2013,   toujours   chez L’Harmattan,   un   roman   titré   Le   Manuscrit   de   la   femme   amputée .   Un prochain roman est à paraître en 2015.
Halima Grimal Auteure
Extrait
Hélas, mon père n’était pas de cette race qui fertilise le sol de la patrie de son sang vermeil. Il n’a fait le sacrifice de rien, mon père, il a survécu à tout ce qui était dangereux, il a contourné toutes les menaces. Il s’est protégé de toutes les agressions et c’est un innocent lièvre apparu au bord du chemin où il aimait à se promener à cheval qui enclenchera un rapide compte à rebours, juste quelques minutes ou peut-être quelques secondes et la faux de la Camarde viendra moissonner la trogne immonde de mon géniteur. Pas de châtiment, pas d’expiation, non, un animal fragile qui coupe la route de son canasson préféré, un accident dans le déroulement bien rodé des rituels du plaisir quotidien, un petit lapin qui devient le fatal déclic d’un soudain dysfonctionnement, une présence menue qui bondit d’un fourré et voilà, c’est simple, l’homme est à terre, une chute, un cavalier émérite s’est laissé surprendre, une valdingue dans les airs, cul par-dessus tête, mon père, c’est tout, Dieu protège les salauds et sait les faire mourir sans qu’ils souffrent. Manuscrit de la femme amputée L’Harmattan, 2013