© conçu par Laurent Naze (NazeGrames) .2016
© conçu par Laurent Naze (NazeGames) .2016
Née en Provence, à Toulon, le 8 juillet 1958, Claire Karm est aussi par son grand-père et sa mère originaire du Cirque de Salazie et de Saint-André (île de la Réunion). Élève au collège, puis au lycée de Saint-Benoît, elle choisit l'enseignement après une licence de Lettres Modernes à l'Université de La Réunion. Claire Karm préfère prendre le bus et surtout marcher, beaucoup, dans les rues. Observatrice du quotidien et du hasard, de l'ordinaire et de l'extraordinaire, les promenades permettent à la poétesse d'emmagasiner les facettes des mondes à sa portée : « Je fais feu de tous bois et provisions d'images quotidiennement. J'écris à partir de ce que j'observe et je suis une contemplatrice. Tout m'intéresse: gens, personnages, objets, paysages, pubs, mots, sons, croyances, actualités, infinis, infimes... ».  Claire Karm écrit en créole aussi bien qu'en français bien quele créole soit la langue de sa mère, et non pas sa langue maternelle. Oeuvres principales : Poésie : Au danseur de Feu. Saint-Denis: UDIR, 1983. ; Rue d'Après. Saint-Denis: Ader, 1993. Nouvelles: Nine. Saint-Denis: Ader, 2001. Récits: Monstres (Mouramour, suivi par Montreurs). Îlle-sur-Tête: K'A, 2007. Littérature pour la jeunesse: Fées et gestes des fleurs (contes). Illustrés par Ann-Marie Valencia. Saint- André: Océan Éditions, 2006. « Claire Karm, 5 Questions pour Île en île »,
Claire Karm Auteure  
Extrait
Qui l'a aperçu ? Ce n'est qu'une rumeur de bouche en bouche lassée. D'ailleurs qui vient ici ? Sinon les fleurs, les chats, le vent, les pleurs, le soir. Qui vient ici ? Les vieilles gémissent, tripotent des fruits. La vie est un carnage, un reste d'hier, un vieil amour. La journée ferme ses paupières, s'en va l'odeur de mer. Le soir sent déjà la merde de chat. Vient-il d'assez loin ? Les vieilles ferment les volets, s'écrasent contre la nuit. Et bruissent les mots bas dans la maison nocturne. Quels sont ses pas lourds ?  … Leurs robes noires, mauves courent sous la véranda : le jardin est ruiné, le crépuscule obscur, le messager absent. Que dirait - il ? Quelles lettres reçoit-on à leur âge ? Celles du fils prodigue, du frère qui ne sait pas écrire ? D'où la voix ? Les vieilles ont si peur. Le chien aboie. Peut-être un malfaiteur. Rentrons. Un fou. Si tard. Ou l'écho qui s'emmêle et ment.
Robes noires, mauves