© conçu par Laurent Naze (NazeGrames) .2016
© conçu par Laurent Naze (NazeGames) .2016
Elle   saute   sur   tout   ce   qui   lui   passe   à   portée   de   plume   et,   séduite   dès son   arrivée   sur   l'île   par   Granmèr   Kal,   elle   la   «   case   »   à   la   moindre occasion dans ses écrits (poésie, contes, nouvelles, saynètes) ! Avide   d'expériences,   elle   succombe   aux   sirènes   de   la   scène   en   jouant dans   des   troupes   de   théâtre   amateurs   et   «   fait   son   cinéma   »   dans deux   courts-métrages.   Elle   se   fait   également   remarquer   pour   l'écriture d'un   scénario   de   planche   BD   qui   s'est   classé   2 ème    à   un   concours organisé à Saint-Denis dans le cadre d'un festival. Joëlle   n'hésite   pas   non   plus   à   explorer   l'écriture   érotique   :   quatre   de ses   poèmes   figurent   dans   une   anthologie   de   poésie   érotique   féminine contemporaine.   Elle   a   récemment   été   terrassée   par   le   virus   du   slam   : elle   en   écrit,   en   édite,   et   dit   ses   préférés   lors   de   salons   ou   de   rendez- vous littéraires. Parmi   ses   œuvres   personnelles,   Quand   le   diable   s’en   mêle   ( Éd. ARS Terres   Créoles),    reçoit   en   2002   le   Grand   Prix   du   livre   de   l'Océan Indien   pour   la   Jeunesse   et   Les   bonsaïs   et   autres   miniatures   (Éd. Surya)   est   manuscrit   lauréat   du   concours   littéraire   du   Tampon,   en 2010 .   Membre   de   Laféladi,   elle   a   contribué,   entre   autres,   au   dernier ouvrage de l’association, La case à qui ? , édité en 2012. http://www.joelle-brethes.fr/  
Joëlle Brethes Auteure, slameuse et fée
Extrait
- Kassim ! Kassiiiiiiiiim ! Après   avoir   appelé   avec   une   certaine   douceur, Afsia   s’énerve.   Le   gosse   doit être encore dans ce maudit arbre. Il finira par tomber et se rompre le cou ! Elle   sort   dans   la   rue,   lève   la   tête,   plisse   les   yeux   pour   essayer   de   distinguer son   frère   :   les   branches   sont   si   enchevêtrées,   si   feuillues   qu’il   est   difficile   de savoir si le garçon se trouve ou non blotti sur l’une d’entre elles. L’arbre se trouve près du grand portail que Monsieur Salaze, le propriétaire de l’immeuble ferme tous les soirs. C’est un manguier prodigue qui donne deux récoltes par an et a laissé quelques pieds de bougainvillées se hisser au soleil en s’accrochant à son tronc et à ses branches. Kassim aime ce manguier pour la texture de son écorce et l’odeur de ses fruits. Il aime les bougainvillées dont les fleurs, orange pour l’une, fuchsia pour l’autre, égaient le feuillage de leur tuteur. Il les caresse, leur parle pendant des heures… C’est en tout cas ce qu’il semble faire et cela contrarie beaucoup Afsia. Ces manières pouvaient s’accepter chez un enfant de sept ou huit ans ; pas chez un pré adolescent de treize ans.
Kassim recueil de nouvelles Les Bonzaïs et autres miniatures,  Surya Editions, 2010