© conçu par Laurent Naze (NazeGrames) .2016
© conçu par Laurent Naze (NazeGames) .2016
13-16 Avriy 2016 le Port
kaz lofis la lang kreol- place des cheminots MEDIATHEQUE - TSA - CINEMA CASINO 
salon du livre des mondes créoles
Kabarliv la Kréolité
Bann Zekrivin, Bann zartis / Ecrivains, artistes
Jeux de pouvoir    Lorsque j’étais enfant, je m’asseyais sur un petit banc que je posais sur le trottoir, devant la maison de mes parents, et je ­regardais passer le pouvoir. Il circulait dans les premières voitures climatisées aux ­vitres teintées, mais je n’avais pas besoin de le voir pour savoir qu’il était blanc et qu’il portait une chemise d’un blanc immaculé, qu’il avait le cou étranglé par une cravate longue et fine, bleue, sous un costume également bleu. Bleu nuit. Le pouvoir avait une si haute conception de lui même qu’il se tenait éloigné de nous et passait son chemin sans prêter attention à ceux qui le regardaient passer, à ceux qui s’écartaient de sa route, tantôt avec prudence, souvent avec obséquiosité. Moi, dans ma rêverie, je parvenais à le faire sortir de son char magique et j’entretenais de longues conversations avec lui. Il m’écoutait, me souriait et se moquait gentiment de moi lorsque je lui posais des questions auxquelles il ne voulait pas répondre. Je ne me rappelle plus très bien quand nous avons commencé, lui et moi, à avoir cette étrange relation au coucher du soleil. Dans mes souvenirs, nos rencontres se déroulaient toujours au moment où la chaleur tombait, où un silence particulier se ­révélait à moi sous les bruits de la ville qui se poursuivaient obstinément : voix d’enfants qui se chamaillaient en rentrant avant que la nuit ne tombe, cris des mères alpaguant les retardataires, bavardage des ­voisines sur le pas des portes et qu’avaient elles encore à se dire quand elles avaient passé la journée à se héler d’une porte à l’autre, ultimes agitations dans les boutiques l’un buvait un dernier coup de rhum tandis qu’un autre réparait rapidement un oubli et ronflement des moteurs de voiture, déjà trop nombreuses pour les rues étroites de la ville.
Jé bésé a lèpouvwa    Lèwvwè ou vwè an té timoun, an té ka sizé asi on tiban si totwa la douvan kaz a fanmi an mwen é an té ka gadé ­Lèpouvwa pasé. I té ka woulé adan sé prèmyé loto klimatizé a vit tenté la, mé an pa té oblijé vwè y an dé zyé an mwen pou té savé sé té on Blan ad’on chimiz blan ka vèglé tèlman i té san tach é an lavalyè blé, long kon kou a kyo, étwèt kon lang a vètè ki té ka tranglé gangannèt a y anba on konplé blé li osi. On koulè blé nuit.Lèpouvwa té ka akwè y sitèlman, kifè i pa té ka pyété owa an nou. I té ka pasé chimen a y san lévé pon lésèz ki té ka gadé alévini ay digad, ni lézòt ki, tanto plen pokosyon, souvaman épi on jan chyen kouchan, té ka ba y gran lè pou i té pasé. Mwen, adan rèv an mwen, an té ka rivé fè y sòti an kawòs majik a y é an té ka rantré an gran konvèwsasyon épi y. I té ka kouté mwen, té ka fè on tiri ban mwen é i té ka moké mwen ­jantiman lèwvwè ou vwè an té ka pozé y kyèk kèksyon i pa té vlé réponn. An pa pli ka chonjé a ki moman mwen épi y nou té koumansé rantré adan dwòl dè liyannaj a labadijou lasa. Silon sa an ka chonjé, sé toujou lèwvwè ou vwè chalè la té ka tonbé, kontré an nou té ka si balan, lèwvwè on silans èspésyal té ka pwenté anba tout on kalvakad wòs é antété a villa ki pa té ni sès : vwa a timoun ki trapé tren si chimen rètou avan lannuit tonbé, wouklaj a manman an dengon a lésèz yo té ponnyé ka kalanjé, langannaj a vwazin si sèy a pòté kibiten ankò yo té ni pou rakonté alòski yo té pasé tout lasentjouné, yonn ka hélé lòt, pòt an pòt, dènyé bakoulélé an tilolo, yonn ka balansé on dènyé vatankouché dèyè gòj a y, atoupannan ondòt té ka sové on achté obliyé vitmanpréséé, adan tousa, wonflé a motè a loto ki té ja two onkyolé pou tilari étwèt a villa. “La Jamaïque est mon Afrique” ( Les éditions du Manguier ) 
Gerty Dambury Auteure
Gerty   Dambury   est   née   à   Pointe-à-Pitre,   en   1957.   Elle   est   à   la   fois dramaturge,    nouvelliste,    poétesse    et    romancière,    comédienne    et metteuse   en   scène.   Elle   commence   à   écrire   pour   la   scène   et   créer   des pièces   en   français,   en   créole   ou   bilingues   en   1981   Elle   a   été   soutenue par   Le   Centre   National   du   Livre   (CNL)   pour   trois   résidences   d’écriture   : à   Limoges   (1992)   à   l’invitation   du   Festival   des   Francophonies   et   à   la Chartreuse     de     Villeneuve-lez-Avignons,     au     Centre     National     des Écritures   du   Spectacle   où   lui   a   été   confiée   la   responsabilité   du   numéro 12   de   la   revue   Les   Cahiers   de   Prospero .   (2000   –   2001)   et   à   Orford (Québec)   pour   une   résidence   d’écriture,   à   l’invitation   du   Centre   des Auteurs   Dramatiques   du   Québec   (CEAD..   En   2008,   sa   pièce   Trames , reçoit    le    prix    SACD    de    la    Dramaturgie    de    langue    française.    Son premier   roman,   Les   rétifs ,   est   paru   en   octobre   2012   aux   Éditions   du Manguier et nominé pour le prix Carbet 2013 En   2012,   Gerty   Dambury   a   initié   un   concept   théâtral,   Le   Séna ,   qui rassemble   comédiens   et   spectateurs,   dans   une   très   grande   proximité et   repose   sur   l’échange   entre   les   participants,   à   partir   de   textes   de   la littérature    caribéenne,    en    français,    en    anglais,    en    espagnol    et    en créole. En   2013,   le   Rectorat   de   la   Guadeloupe   l’a   désignée   “poète   de   l’année”, permettant   ainsi   à   ses   textes   d’être   lus   dans   les   écoles   primaires, collèges et lycées de la Guadeloupe. En   janvier   2016   paraît   une   deuxième   version   améliorée   de   son   roman La   Sérénade   à   Poinsettia,      sorti   aux   éditions   du   Manguier   3   mois   plus tôt (octobre 2015). Le   22   janvier   2016,   Gerty   Dambury   a   reçu   le   Prix   Carbet   de   la   Caraïbe et   du   Tout-Monde   pour   son   ouvrage   «   Le   rêve   de   William   Alexander Brown ». Elle   prépare   actuellement   un   recueil   de   poèmes   qui   s’intitulera      La table   anthropophage    et   commence   la   production   de   sa   nouvelle   pièce     La radio des bonnes nouvelles.